GOFFMAN (E.)


GOFFMAN (E.)
GOFFMAN (E.)

Erving GOFFMAN 1922-1982

Professeur de sociologie à l’université de Berkeley, sociologue canadien, Erving Goffmana attaché son nom à l’analyse interactionniste des microphénomènes sociaux. Ses descriptions, à partir des acquis de l’École de Chicago — G. H. Mead et C. H. Cooley —, de la multiplicité des interactions qui régissent les relations entre les individus et réglementent sinon ordonnent la vie sociale, composent un important chapitre de l’histoire des sciences sociales. L’étude des rites d’interactions, l’examen systématique et précis des «comportements mineurs» ont été les principaux axes de sa recherche. En observant, à la manière d’un entomologiste, le comportement des individus en société, Goffman a dévoilé les nombreux rapports qu’entretiennent les minimes gestes, gesticulations, mimiques, appropriations symboliques éphémères de l’espace, au sein des réseaux d’interconnaissances de reconnaissance et de méconnaissances feintes qui forment la trame de la vie quotidienne.

En 1961, Goffman publie Asylums (traduit en français en 1968), ensemble d’études «sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus». Goffman décrit dans ce livre les manières particulières dont l’hôpital est vécu par les malades. Mais, au-delà de l’observation scrupuleuse des-conduites par l’ethnographe, se développe une analyse de l’institution totalitaire , de cet univers cohérent de l’asile ou de l’hôpital qui ordonne le désordonné, qui contrôle l’intimité du sujet et qui identifie les acteurs aux rôles. Cette description de la machinerie de l’institution totalitaire est doublée d’une étude sur «la vie clandestine de cette institution». La présentation de l’apparence, le recours au faire «comme si», la construction d’une attitude destinée à donner le change à autrui (un gardien, un infirmier, par exemple) peuvent être des dissimulations négociées avec ce qui est permis et admis. La contrainte institutionnelle produit le décalage entre ce que l’on fait et ce que l’on est à tel point que le comportement gestuel dans des espaces institutionnellement différenciés peut être décrit à la manière d’une carte nautique, avec la représentation des gouffres, des écueils, des zones interdites et des lieux de calme plat. Goffman a également analysé, dans une série de livres importants, les rites d’interactions et la mise en scène de la vie quotidienne (1973-1974), une classe particulière d’événements, ceux qui «ont lieu lors d’une présence conjointe et en vertu de cette présence-conjointe». Le matériel examiné ici est fait des regards, des gestes, des postures et des énoncés verbaux que chacun ne cesse d’injecter, intentionnellement ou non, dans la situation où il se trouve. C’est dire l’attention scrupuleuse que Goffman porte aux «comportements mineurs» d’un individu en situation. Cette description n’est pas seulement un catalogue raisonné des comportements, elle se double de l’analyse des réitérations automatiques, routinières, qui se répètent en chaque situation, de la même manière que le vocabulaire gestuel et verbal s’accommode d’une multiplicité de modes d’emploi sociaux intériorisés par l’individu qui réagit sur le mode soit de la dénégation de soi, soit de l’affirmation de son propre rôle ou bien encore de son effacement tactique. Description des comportements, description des rituels sont donc au cœur des ouvrages «ethnographiques» de Goffman. Ce dernier analyse ainsi ce que veut dire «perdre la face» ou «faire bonne figure» en précisant qu’il s’agit d’une valeur sociale présentée en face d’autrui, acceptée ou refusée par le jugement d’autrui, l’ordre expressif régulant le flux des événements advenant à un individu. Il montre aussi comment s’opère l’appropriation symbolique de l’espace et la description de l’appartenance d’un fragment d’espace public durant une séquence temporelle délimitée. Poser un paquet de cigarettes, une boîte d’allumettes ou un briquet sur la table d’un café, n’est-ce pas marquer et borner un territoire qui devient un espace approprié? Les territoires du moi et leurs règles d’appropriation et de valorisation sont ainsi présentés grâce aux marqueurs qu’un possesseur putatif revendique afin de se constituer une réserve aux limites précises, aux frontières acceptées par une négociation tacite. Malgré bien des différences, il est possible d’affirmer que Goffman poursuit le travail commencé par Marcel Mauss lorsque celui-ci s’intéresse aux techniques du corps et à la manière dont tout acte social est physiquement signé, qu’il s’agisse des positions des mains ou bien de la marche.

Se présenter, se représenter, donner une représentation de soi, négocier la force de ses faces avec l’interlocuteur, avec le regard d’autrui, étudier les exigences de la bienséance et les dérèglements du malséant ainsi que les normes qualifiant les menus gestes de la vie quotidienne sont, pour Goffman, autant d’approches de l’être social que la richesse de la vie quotidienne nous livre en organisant, en nous et autour de nous, la scénographie du mimétisme et de la différence.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Goffman — ist der Familienname folgender Personen: Caspar Goffman (1913 2006), US amerikanischer Mathematiker Erving Goffman (1922 1982), US amerikanischer Soziologe William Goffman (1924 2000), US amerikanischer Informationswissenschaftler Diese Seite ist …   Deutsch Wikipedia

  • Goffman —   [ gɔfmən ], Erving, amerikanischer Soziologe und Anthropologe, * Manville (Alberta, Kanada) 11. 6. 1911, ✝ Philadelphia (Pennsylvania) 20. 11. 1982; war 1958 68 Professor in Berkeley (Kalifornien), seit 1968 in Philadelphia; 1981 82 Präsident… …   Universal-Lexikon

  • Goffman — Goffman, Erving …   Dictionary of sociology

  • Goffman — Erving Goffman Erving Goffman est un sociologue, linguiste américain d origine canadienne né à Mannville, Alberta (Canada), le 11 juin 1922 et décédé à Philadelphie, en Pennsylvanie, le 19 novembre 1982. Avec Howard Becker, il …   Wikipédia en Français

  • GOFFMAN, ERVING MANUAL — (1922–1982), Canadian sociologist and ethnographer. The son of Ukrainian Jewish immigrants, Goffman was born in Mannville, Alberta, and raised in Dauphin, Manitoba, near Winnipeg. He was educated at the University of Manitoba, the University of… …   Encyclopedia of Judaism

  • Goffman, Erving — (1922 82) The most influential micro sociologist during the 1960s and 1970s, Goffman pioneered the dramaturgical perspective for sociology. The influences on his work were many. After completing his first degree at the University of Toronto he… …   Dictionary of sociology

  • Goffman, Erving — born June 11, 1922, Manville, Alta., Can. died Nov. 19, 1982, Philadelphia, Pa., U.S. Canadian U.S. sociologist. Goffman taught principally at the Universities of California and Pennsylvania. He studied primarily face to face communication and… …   Universalium

  • Goffman, Erving — (11 jun. 1922, Manville, Alberta, Canadá–19 nov. 1982, Filadelfia, Pa., EE.UU.). Sociólogo estadounidense nacido en Canadá. Fue docente en las universidades de California y Pensilvania. Estudió primordialmente la comunicación cara a cara y los… …   Enciclopedia Universal

  • Goffman, Erving M. —    See Antipsychiatry movement …   Historical dictionary of Psychiatry

  • Erving Goffman — (* 11. Juni 1922 in Manville, Kanada; † 19. November 1982 in Philadelphia, Pennsylvania) war ein US amerikanischer Soziologe. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Werk 3 Interaktion …   Deutsch Wikipedia